"Ségolène Royal n'est plus socialiste", affirme Yves Thréard sur RTL

DÉBAT - Selon Benjamin Sportouch, l'ancienne ministre de l'Environnement est "très compatible" avec Emmanuel Macron.

Ségolène Royal va-t-elle revenir dans l'arène politique ? C'est l'avis de tous les observateurs, qui voient en la sortie de son livre Ce que je peux enfin vous dire un retour orchestré de l'ancienne ministre de l'Environnement, avec la perspective de se présenter aux élections européennes de 2019. Mais sous quelle étiquette ?

"On a compris une chose, elle n'est plus au Parti socialiste, elle n'est plus socialiste", a lancé Yves Thréard, qui a posé des questions à l'ancienne candidate à la présidentielle lors de son passage au Grand Jury, ce dimanche 4 novembre. "Ségolène Royal l'a dit, si elle va à cette élection, ce n'est pas pour être simple députée mais pour briguer le Parlement européen ou pourquoi pas être présidente de la Commission européenne. Elle a toujours cette ambition de rayonner sur le plan international", poursuit le directeur adjoint de la rédaction du Figaro.

"Autour des européennes elle a été claire", rappelle Christophe Jakubyszyn. Elle ne sera pas tête de liste socialiste mais est-ce qu'elle pourrait être tête de liste La République en Marche ? Je l'ai trouvée assez prudente là-dessus", continue l'éditorialiste de TF1. "Elle regarde si elle peut faire un score", affirme-t-il. 

Des positions communes avec celles des Républicains

C'est également l'avis de Benjamin Sportouch, rédacteur en chef adjoint du service politique de RTL. "Elle est très compatible avec Emmanuel Macronelle se situe à la droite de la gauche. Parfois, on a même quelqu'un qui a des positions conformes à ce que proposent les Républicains. Sur les allocations familiales supprimées en cas de carence parentale, elle dit pourquoi pas", rappelle le journaliste. "J'ai senti une Ségolène Royal disponible", conclut-il. "Elle veut revenir d'une manière ou d'une autre, et elle lance des perches". Pourvu qu’elle reste dans le jeu polititique, elle est prête à tout. La gauche n’ayant plus de perspectives, elle l’abandonne tout simplement.