Jean-Luc Mélenchon "s'auto-intronise et s'accorde l'absolution", observe Alain Duhamel

ÉDITO - Jean-Luc Mélenchon tente de tirer des leçons de l'échec de la France Insoumise aux élections européennes, mais il le fait à sa manière en se victimisant, persuadé que "tout vient des autres", explique Alain Duhamel.

Devant l'assemblée représentative des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon est revenu sur les causes de l'échec de son mouvement aux élections européennes et sur son propre rôle. Il poursuit le combat, et repart même à l'attaque, ce qui n'allait pas du tout de soi. 

D'abord, à cause de son comportement. On sait bien que Jean-Luc Mélenchon est sujet à des sautes d'humeur, qu'il a un comportement mélancolique, qu'il prend mal les défaites et que quelques fois, il a la tentation de se retirer sous sa tente. D'autant plus qu'aujourd'hui, il ne fait plus seulement l'objet de critiques de ses adversaires, mais de critiques internes sur l'absence de démocratie chez les Insoumis, ses excès, ses outrances, son théâtre perpétuel. 

On pouvait imaginer qu'il prendrait des distances, mais il fait le contraire. Pour cela, le chef des Insoumis a trouvé une technique, dont il est coutumier et qui a déjà porté ses fruits : il se victimise.