Ségolène Royal réclame des équipes mixtes de football et cinq sets pour les femmes à Roland-Garros

 

 

Interrogée par Yahoo sur le succès de la Coupe du monde féminine, l'ancienne candidate à la présidence de la République a lancé des propositions pour davantage d'égalité homme-femme dans le sport.

Ségolène Royal n'est jamais à court d'idées sur le monde qui l'entoure. L'univers sportif lui donne aujourd'hui l'occasion de le démontrer encore une fois. Eternelle féministe, elle se montre très engagée lorsqu'il s'agit de défendre la cause de ses concitoyennes. Interrogée jeudi soir sur la Coupe du monde féminine de football par Alexandre Delpérier (Yahoo), l'ex-ministre socialiste a tiré plusieurs conclusions du tournoi mondial de football qui se déroule actuellement en France. «Il faudrait analyser et remettre en cause les discriminations, inconscientes ou parfaitement conscientes, sous prétexte que le sport féminin est un sous-sport», a-t-elle ainsi noté, invitant «toutes les fédérations sportives» à effectuer ce travail.

 

"Pourquoi pas du foot avec des équipes mixtes ? Vous imaginez le spectacle ? C’est extraordinaire."

Foot, Roland-Garros, Jeux Olympiques, les propositions de @RoyalSegolene pour plus d'égalité homme-femme dans le sport.

Selon l'ex-ministre de l'environnement, les audiences élevées enregistrées à la télévision lors du Mondial féminin - plus de 10 millions de téléspectateurs lors des matches de l'équipe de France - offrent l'occasion de réformer le système médiatique: «J'en suis particulièrement heureuse parce que cela faisait des années que l'on disait: «Pourquoi ne voit-on pas plus le sport féminin à la télévision?» On répondait: «Cela n'intéresse pas…» La preuve.»

Ségolène Royal accuse les «programmateurs, les annonceurs qui l'ont méprisé» d'avoir négligé le sport féminin et généré des «commentaires débiles faits dans certains tweets». «Cela a montré qu'ils avaient tort, c'était évident que cela allait faire de l'audience. Moi, cela ne m'a pas surprise.»

Enfonçant le clou, l'ex-candidate socialiste à la présidence de la République dénonce «une hiérarchie parce que l'on considère que le sport féminin est moins puissant». Elle relève: «On a entendu un nombre de bêtises incalculable…».

«Roland-Garros, c'est un scandale!»

Récemment accusée de sexisme par Nicolas Sarkozy, qui l'a battue en 2007 dans la course à l'Elysée, Ségolène Royal s'insurge ainsi au sujet du tennis. Et remet en cause les principes du tournoi de Roland-Garros qu'elle juge «extravagant» sur le petit écran: «Roland-Garros, c'est un scandale! (…) Sur Roland-Garros, les femmes, c'est en trois sets, les hommes, c'est en cinq sets. Depuis des années, on dit: «Mais pourquoi les femmes jouent en trois sets?» «Parce que ça n'intéresse pas. Il ne faut pas occuper trop d'antenne, ce n'est pas intéressant.» Donc, on est dans un sous-modèle homme-femme par rapport au tennis. C'est quand même extravagant. Et pourquoi la finale des femmes a lieu le samedi tandis que les hommes jouent le dimanche? Pourquoi n'est-ce pas tiré au sort? Moi, je demande que les matches des femmes soient en cinq sets et que les jours de finale soient tirés au sort!»

La Coupe du monde féminine de football ouvre-t-elle une nouvelle époque? «En quelques semaines, répond Ségolène Royal, ces athlètes femmes ont fait plus pour la cause des femmes que des mois et des années de discours et de combat. La projection des petites filles dans ces athlètes fortes, joyeuses, efficaces et féminines - elles gardent les cheveux longs, sont maquillées, ce sont des femmes - est extraordinaire.»

«Des équipes mixtes. Ce serait formidable!»

L'ambassadrice pour les pôles va plus loin dans son raisonnement et n'hésite pas à faire des propositions qui ne devraient pas laisser insensible les Fédérations de football du monde entier. «Et peut-être qu'un jour il y aura des équipes mixtes. Ce serait formidable. On dit: «C'est impossible, mais qu'est-ce qu'elle raconte». Mais pourquoi pas du foot mixte? Vous imaginez le spectacle, c'est extraordinaire. Et en plus, ce qu'ont dit les observateurs et les arbitres, c'est que les femmes sont beaucoup plus correctes que les hommes. Elles ne s'insultent pas. Les hommes, dans la proximité, se balancent des insultes sur leurs mères, c'est très violent. Là, cela ne conteste pas, c'est fair-play. Les enfants sont dans les stades sans risque de violence, ni de machin... Les hymnes nationaux ne sont pas sifflés. Ce sont des exemples citoyens, citoyennes même.»

Débilité et incompétence quand vous nous tenez……Vous imaginez deux secondes les vestiaires…..