Mexique : AMLO, le nouveau « compañero » de Mélenchon

La révolution bolivarienne devenue impossible à soutenir, la « quatrième transformation » mexicaine offre de nouveaux espoirs au chef de La France insoumise.

Par Claire Meynial

Il y aura passé deux semaines, à un « rythme de campagne électorale », de son propre aveu sur son Vlog (blog vidéo). En visite au MexiqueJean-Luc Mélenchon n'a pas chômé. Prévue en décembre pour la prise de fonction du président Andrés Manuel López Obrador, « AMLO », elle avait été repoussée à cause des Gilets jaunes. Au programme : des conférences où il a été accueilli en rockstar, des découvertes (ou redécouverte, pour la maison de Léon Trotski à Mexico) culturelles, un déplacement à Tijuana, à la frontière avec les États-Unis, une visite au Sénat, une rencontre avec AMLO... Le tout dûment documenté sur son blog L'Ère du peuple. Mais pourquoi au juste ? « Qu'est-ce que je fous là ? Pourquoi l'Amérique latine ? Parce que c'est le seul endroit du monde où il y a eu une rupture avec le néolibéralisme », y explique-t-il. AMLO est issu du parti de gauche Morena. « J'ai discuté avec Jean-Luc Mélenchon, chef du mouvement La France insoumise, a tweeté le président mexicain en légende d'une photo où ils se serrent la main. Outre nos convergences politiques, je n'oublie pas que lorsque nous étions dans l'opposition, dans des circonstances différentes, il a montré beaucoup d'intérêt à me parler lors de ma visite à Paris. »

Même émotion du côté du Français, admiratif et un brin envieux, dans le premier épisode vidéo de son voyage. À tel point que se glisse un « on » internationaliste dans ses propos : « Ici, on a gagné l'élection présidentielle avec 54 % dès le premier tour, ils ont fait 30 millions d'électeurs… C'était sa troisième candidature, il lui a fallu une constance et une force de caractère absolument géantes pour faire ces trois campagnes. Surtout que, en cours de route, ils ont perdu de nombreuses élections locales et on me racontait comment c'était quand ils n'avaient plus rien. Plus un rond, plus une position élue, plus un député, plus un sénateur, plus rien. » Mélenchon, lui, comptabilise deux tentatives, en 2012 et 2017. À bon entendeur… Aux journalistes de La Jornada, quotidien de référence de la gauche, il dit : « Je suis venu pour respirer, connaître ce monsieur AMLO qui m'intéresse tant, apprendre de ce processus mexicain, qui va sûrement donner une nouvelle impulsion en Amérique latine et en Europe. Je viens chercher l'inspiration et un peu d'optimisme. » Un baume après la gifle des élections législatives, « point d'interrogation gigantesque ». Il leur parle de la gauche morte en Europe. De ses doutes : « Je suis un intellectuel qui, sur un malentendu, dirige un mouvement de masse. Parfois, je me dis : Je vais descendre du train, j'en ai assez de ce voyage, je n'en peux plus ! » De son monde dont il ne reste « plus une pierre », le bloc socialiste de l'Est.

Espoir colombien

L'admiration de Mélenchon pour l'extrême gauche latino-américaine n'est pas nouvelle. En 2012, il avait suivi la dernière campagne de Hugo Chávez au Venezuela et écrit sur son blog de longs textes (effacés depuis) où il s'émerveillait de la popularité du Comandante. Le 16 juillet 2012, dans un post intitulé « No volverán », slogan révolutionnaire vénézuélien, il racontait « l'ouragan bolivarien », une manifestation en faveur de Chávez. « Sur les trois kilomètres du trajet, une foule compacte hurla sans discontinuer… Jamais je n'avais vu une telle ferveur politique se concentrer de telle façon dans les corps et les visages. À mi-chemin, je m'aperçus que j'avais le visage en larmes. Le saisissement, l'effroi sacré qui nous habitait est un moment qui n'a pas ses mots pour le décrire raisonnablement. » Il s'était également rendu au Forum de São Paulo, fondé par Fidel Castro et Lula da Silva en 1990, qui réunit les partis d'extrême gauche du continent, dont Morena, le parti d'AMLO. Il regrettait alors la défaite « du candidat de la gauche unie » au Mexique : « Andrés Manuel López Obrador a été l'objet d'une campagne systématique de dénigrement et de calomnies par les chaînes de télévision et la grande presse. Son extrémisme populiste, son caractère agressif, ses goûts politiques dangereux, son amitié pour Chávez et Cuba ont été abondamment et méthodiquement dénoncés. Comme c'est original ! »

Mélenchon a aussi porté son espoir sur la Colombie, lorsque Gustavo Petro, candidat de l'extrême gauche, s'est présenté à la présidentielle en 2018. Avant le premier tour, le 28 mai, il avait envoyé une vidéo de soutien : « Nous savons que c'est d'Amérique du Sud que sont venus les messages les plus réconfortants pour l'humanité. Mes amis colombiens, vos votes vont adresser un message à toutes les consciences éveillées du monde qui cherchent un chemin pour la suite de la civilisation humaine. Au moment où vous prendrez votre décision, pensez à nous tous dans le monde qui avons besoin de vous. » Las, Gustavo Petro, ancien guérillero et ami de Hugo Chávez, a perdu devant Iván Duque, candidat d'extrême droite et dauphin d'Álvaro Uribe, en grande partie, justement, parce que les Colombiens ont été effrayés par les conséquences de la Révolution bolivarienne à l'œuvre chez le voisin vénézuélien. La gauche sur le continent accumule les revers : Petro défait, Lula da Silva au Brésil en prison pour corruption, Dilma Rousseff destituée, Daniel Ortega au Nicaragua agrippé au pouvoir au prix de massacres de civils, Nicolás Maduro à l'origine d'une crise politique et économique majeure au Venezuela… AMLO représente donc un recours inespéré. Aux yeux de Mélenchon, il a le bon goût de ne pas avoir reconnu Juan Guaidócomme président par intérim du Venezuela, se distanciant ainsi des onze membres du Groupe de Lima (les deux autres contestataires étant le Guayana et Sainte-Lucie) qui appuient le jeune président de l'Assemblée nationale. Le Mexique veut se poser en médiateur de la crise vénézuélienne. Le nouveau héros de la gauche latino-américaine a pourtant ses failles. Cédant aux injonctions de Donald Trump qui le menaçait d'imposer des taxes sur ses produits s'il ne diminuait pas le flux de migrants entrant aux États-Unis, il vient de placer des gardes nationaux à sa frontière nord, avec le grand voisin, et au sud, avec le Guatemala, ce qui aurait provoqué une diminution de 30 % des arrivées aux États-Unis. Mélenchon s'est donc livré à un exercice d'équilibriste. « Je le vois très ferme, très tranquille... Il ne veut pas entrer dans le jeu de la conflictualité, les provocations du FMI, des gringos, de Trump ou des migrants, » a-t-il affirmé à la sortie de son entretien avec AMLO.

Place, donc, à la révolution mexicaine. Au Sénat, Mélenchon a exhorté le président du Bureau, Martí Batres Guadarrama et des sénateurs de Morena : « Les Mexicains ont une responsabilité immense, parce qu'ils ont initié la quatrième transformation… Nous avons besoin qu'elle réussisse, parce que sinon on va encore dire qu'on ne peut rien changer. » La première transformation, soulèvement armé, mena à l'indépendance vis-à-vis de l'Espagne en 1821. La deuxième, entre 1858 et 1861, opposa libéraux et conservateurs et engendra les lois de la réforme, dont la séparation de l'Église et de l'État. La troisième, entre 1910 et 1917, « La Révolution » contre le régime de Porfirio Díaz, donna lieu à la Constitution actuelle. L'idée de lancer la « quatrième transformation » ne se distingue donc pas par sa modestie, selon certains observateurs mexicains qui estiment que ce genre de titre est décerné, a posteriori, par les historiens. Le projet est d'en finir avec la corruption, d'instaurer un pouvoir économe et décentralisé, d'aider les zones rurales, de lancer des programmes sociaux. Il pourrait aussi favoriser le présidentialisme. Récemment, AMLO a poussé une loi restreignant le droit de manifester. Les députés ont aussi approuvé une loi d'expropriation en cas d'entrée dans un immeuble en travaux. En Amérique latine, ce genre de mesure est chargé de symbolique politique. L'expropriation a été largement appliquée dans les années 2000 par Chávez au Venezuela et figurait au programme de Gustavo Petro, ce qui a fait frémir ses opposants. Dans son blog, Mélenchon prend les devants : « Il y a une campagne qui montre que le Mexique est en train de devenir une cible. On l'a vu dans la presse en Europe, avec El País, mais aussi aux États-Unis avec le New York Times et en France avec Le Monde… Et ici, en Amérique du Sud, aussi… Le Mexique est entré comme cible dans la machine mondiale qui sert à discréditer le Venezuela, Cuba et toutes les expériences, tous les gouvernements qui essaient de faire autre chose que du néolibéralisme. »

« Le Mexique ne sera pas mon modèle »

Pour le reste, le « compañero Jean-Luc Mélenchon », comme il a été présenté à l'Institut d'études politiques du parti Morena, à Veracruz, a adopté sur la migration une position nettement plus tranchée que celle qu'il présente en France. « Chez nous, le thème de l'immigration vient bousculer des habitudes, des manières de voir le monde. Aux États-Unis, non », justifie-t-il sur son blog. Dans un espagnol fleuri (à cause du décalage horaire, qui fait oublier les mots en espagnol mais aussi en français, s'excuse-t-il dans une vidéo), il a dénoncé : « On ne peut pas traiter un fait de cette nature, d'une telle ampleur, avec des méthodes si barbares et si stupides, fondamentalement, que construire un mur en pensant que les gens ne vont pas passer. Parce qu'ils vont passer ! En mourant, en souffrant, mais ils passeront. Et donc, la vraie question, c'est comment nos sociétés sont capables ou non d'accueillir [au lieu du verbe « acoger » – « accueillir » –, il utilise le verbe « coger », « prendre », et qui en Amérique latine, signifie « prendre » au sens sexuel, NDLR] ceux qui viennent, de les intégrer. » À Tijuana, il a parcouru un poste frontalier et est allé jusqu'à la barrière métallique qui sépare la ville de San Diego, en Californie, « le symbole de la violence de l'Empire ». « Le cimetière qu'est devenue la Méditerranée est moins parlant que ce mur abject avec ses barbelés, ses rasoirs et les traitements brutaux de l'un et l'autre côté de la frontière », estime-t-il sur une vidéo.

Question de point de vue, tout comme cette curieuse compassion pour le narcotrafiquant El Chapo (Mélenchon a apprécié la série sur Netflix), emprisonné aux États-Unis : « Comme c'est un criminel, tout serait permis à son sujet. Bah non, nous, on vit pas les choses comme ça. On pense qu'un être humain, même criminel, il y a des limites dans les mauvais traitements qu'on lui inflige. Là, il est tout seul, il a une fenêtre qui fait, je crois, 15 centimètres de large, pour que la lumière arrive, il ne voit pas le ciel et il a un banc fixe, une table fixe, etc. » Des préoccupations dont il n'a pas fait montre pour les opposants enfermés et torturés au Venezuela. Sur son blog, il s'énerve déjà : « On dit : C'est votre modèle, le Venezuela ! Ça m'énerve… Bien sûr que non ! Toutes ces expériences ne peuvent pas être des modèles. Parce qu'aucun n'est reproductible… Le Mexique n'est pas mon modèle, ne sera pas mon modèle. AMLO n'est pas mon modèle. » Pas plus que lui, cependant, il n'a jugé opportun de se rendre à l'édition 2019 du Forum de São Paulo, qui se tenait à Caracas au même moment.