Ségolène Royal n’a toujours pas pardonné à Valérie Trierweiler

 

 

Dans son nouveau livre - On se donne des nouvelles, qui paraîtra dans quelques jours aux éditions Les Arènes -, Valérie Trierweiler évoque ses grands reportages pour Paris Match, mais revient aussi sur d'intimes moments de sa vie, comme cette fois où elle a voulu reprendre contact avec sa grande rivale, Ségolène Royal.

Depuis une quinzaine d'années, c'est la guerre froide entre Ségolène Royal et Valérie Trierweiler. Mais comment pourrait-il en être autrement ? A l'origine de leur mésentente, un homme, François Hollande (aujourd'hui en couple avec l'actrice et productrice Julie Gayet), qui a partagé la vie des deux femmes.

En union libre avec la femme politique (avec qui il a quatre enfants) jusqu'en 2007, l'ancien chef d'Etat fréquentait la journaliste depuis le milieu des années 2000 et n'a officialisé avec elle qu'après sa rupture médiatique avec Ségolène Royal. Deux femmes de caractère. Deux rivales, qui n'ont jamais enterré la hache de guerremalgré quelques tentatives infructueuses. Car pour Ségolène Royal, ça ne passe pas, et ça ne passera vraisemblablement jamais, encore plus après le tweet maladroit de Valérie Trierweiler en 2012 dans lequel elle soutenait ouvertement Olivier Falorni pour le second tour des législatives à La Rochelle, où il se retrouvait opposé à... Ségolène Royal. La goutte d'eau.

C'est le magazine Closer, en kiosque ce vendredi 13 septembre et dans lequel vous pouvez retrouver des extraits du livre de Valérie Trierweiler (On se donne des nouvelles, qui sera disponible dès le 18 septembre), que cette éternelle rancune est définitivement entérinée. L'hebdomadaire rappelle ainsi un épisode qui s'est déroulé au printemps dernier : pour un numéro de mars 2019 dans lequel il voulait mettre en avant une personnalité féministe, le magazine Paris Match avait envisagé, après que Valérie l'ait proposée, de mettre Ségolène Royal en une de l'hebdomadaire. La journaliste avait alors contacté l'ancienne candidate à la présidentielle... mais cette dernière ne lui avait jamais répondu.

"Elle a refusé, je peux la comprendre", a analysé fataliste l'ex-première dame quant à cette anecdote dans son nouveau livre, On se donne des nouvelles, qui sortira aux éditions Les Arènes dès le 18 septembre.