Borne à l'Écologie : Yannick Jadot n'y crois pas et cite l'exemple du Perpignan-Rungis

 

Il déplore également que la France ait connu 8 ministres de l'Écologie en sept ans et demi.

 

Écologistes et associations ont multiplié les déclarations déplorant la nomination d'Élisabeth Borne au ministère de l'Écologie . L'eurodéputé Yannick Jadot s'est joint aux plaintes, jeudi 18 juillet, doutant de la volonté de la nouvelle ministre, d'agir en faveur de l'écologie. Il l'a d'ailleurs jugée d'un "cynisme absolu" dans le dossier du train de fret Perpignan-Rungis.

"Élisabeth Borne qui, au nom du gouvernement, a renvoyé aux régions la fermeture des petites lignes SNCF, va-t-elle protéger ces transports du quotidien et les services publics de transport ?", s'est interrogé M. Jadot dans un entretien à Ouest-France.

"Celle qui, ministre des Transports, a confirmé le projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin, une gigantesque gabegie de 26 milliards d'euros, va-t-elle être celle qui va permettre d'investir dans les transports du quotidien plutôt que dans des grands projets extrêmement coûteux, servant davantage les industries du BTP que les Français ?", a-t-il poursuivi.

"CYNISME ABSOLU"

"Est-ce que Élisabeth Borne va se battre avec nous pour enfin demander aux poids lourds de payer leur juste contribution pour la pollution de l'air qu'ils génèrent ? Va-t-elle être celle qui engage la sortie des pesticides ? Se rendra-t-elle chez les apiculteurs bretons désespérés de la mortalité des abeilles liée aux pesticides ? Va-t-elle être celle qui, sur l'ensemble du littoral français et dans les terres, développera l'éolien plutôt que de lui mettre des bâtons dans les roues ?", a insisté M. Jadot.

Selon l'eurodéputé, "quand, ministre des Transports, [Mme Borne] fait semblant de défendre le train des primeurs entre Perpignan et Rungis, le faisant circuler à vide parce qu'elle refuse d'investir dans des wagons frigorifiques, tout en organisant avec la SNCF le transport des marchandises par 25.000 camions par an, c'est d'un cynisme absolu !"

M. Jadot juge par ailleurs qu'il y a "quelque chose de choquant" dans le fait que Mme Borne n'ait pas été nommée ministre d'État comme son prédécesseur : "est-ce parce qu'elle est une femme ?"

Huit ministres de l'Écologie en sept ans et demi, pourquoi ? "Le problème est que ces ministères sont isolés depuis de nombreuses années. Ils doivent lutter en permanence contre le ministère de l'Agriculture, contre Bercy et puis contre Matignon qui arbitre trop souvent, sous l'autorité du chef de l'État, en faveur des lobbies du vieux monde", juge M. Jadot.